Photo0132[1]This is the third time we go to London. At each visit we find new wonderful things. We love London, as a man loves a woman that's all. We would like to live, work, because the dynamics intrinsic to the city pushes you to move, to invent, to create not to be left behind for humanity. London is a fluid in constant motion in the image of the River Thames. If one can not swim, the current takes you. As the city is seen as a commodity that attracts all kinds of customers around the world, London will give you the energy to learn to adapt to his mad seduction. London is a beautiful woman, should I repeat it. And for women, London is a handsome man. Who can resist to the charms of beauty. I do not. This sentence is not for us, but in 1777 Samuel Johnson wrote : "When a man is tired of London, he is tired of life, for there is  in London all that life can afford "(London, Crest of London, 2003-2008, p.2). If you have visited Rome, linger in the St. Peter's Square (Vatican City), especially in front of the obelisk. Well you close your eyes, you are  at Trafalgar Square in London or in place of Bastille in Paris. The Pantheon of Paris, London's National Gallery, and that's Basilica ... England has grown in the gardens of both Roman spitituality the French cartésiannism and Germanic commercialism. The world is run from London, anywhere else. Greater London consists of Central London, North East, North West, South West and South East. The first area to visit is of course Westminster, home to three British authorities : Buckingham Palace, the residence of the royal family, Westminster Abbey and the Palace of Parliament. This is the British royal family.

Le monument à la Reine Victoria en face de Buckingham Palace.

SUNP0235

Similarity with the Kongo royal family. Makukwa matatu malamba Kongo (The three homes of Kongo Kingdom) : Kinzambi (Nsaku ne Mvunda), Kimfumu (Nzinga), Kinvuama (Mpanzu). From London, one can understand the aristocratic spirit of Congolese models pejoratively called sapeurs. They are reigning princes back to the basics of the Kongo Kingdom. This is the place to start the bath in London. And in return the city will open its doors all incredible. The highlight of our trip was the discovery of a booth with books, a minibookshop, located in Victoria Station, the bus terminal, Pages of Fun. All the classics of English literature and European resulted in about two pounds. I no longer have enough money because I bought from the Indo-Pakistani gifts for children. I chose two books, Oliver Twist by Charles Dickens (1812-1870) and Othello by William Shakespeare (1564-1616). I present to N all the coins I have. He tells me :  "you have to just 0.25 pence"; Oh my God! Should I break my piggy bank? Change the euro in pound. I ask him to book me two books. He keeps them in an envelope, taking care to mention the name of Kiese. I go out to reflect, I am still atVictoria Station, and here I am inside the bazaar of the WHSmith bookshop. I come  across two books by Frank Close Antimatter Oxorf published by University Press a book that deals with current data in the relativistic cosmology. The book costs 7 £ 99; and then a second book, God Created the Integers by Stephen Hawking published by Penguin Books. The book costs 17 pounds 99. In this work, S. Hawking comments on the texts of the great mathematicians who contributed to the construction of number theory : Euclid, Archimedes, Diophantus, ... Carl Friedrich Gauss, Georg Boole ... until Alan Mathison Turing, to Kurt Gödel. I decide to return to Paris, without retrieving the two trade books that I left at pages of Fun. I apologize to N. I have stored in their range the two scientists books discovered by accident at WHSmith.  When the holidays end, we want to extend them, for we did not see everything in London. We did not even walk on the Thames. What do you feel ? The bitterness of loneliness. London, as a lover leaves you, then it is you who are leaving.

 Cavalier en faction (Horse Guards)

lodres1_032

C'est la troisième fois que nous nous rendons à Londres. A chaque visite nous découvrons de nouvelles choses merveilleuses. Nous sommes amoureux de Londres, comme un homme aime une femme un point c'est tout. Nous aimerons y vivre, y travailler, car la dynamique intrinsèque à cette ville vous pousse à bouger, à inventer, à créer pour ne pas rester à la traîne de l'humanité. Londres est un fluide en perpétuel mouvement à l'image de son fleuve la Tamise. Si on ne sait pas nager, le courant vous entraîne. Comme la ville est conçue comme une marchandise qui attire toute sorte de clientèle mondiale, Londres vous accordera l'énergie nécessaire pour savoir vous adapter à sa folle séduction. Londres est une belle femme, dois-je le répéter. Et pour les femmes, Londres est un bel homme. Qui peut résister aux charmes de la beauté. Moi pas. Cette phrase n'est pas de nous, mais de Samuel Johnson en 1777 : " Quand un homme est fatigué de Londres, c'est qu'il est las de la vie, car on trouve à Londres tout ce que la vie puisse offrir" (Londres, Crest of London, 2003-2008, p.2). Si vous avez visité Rome, attardez-vous à la place Saint-Pierre (Cité du Vatican),notamment devant l'obélisque. Et bien vous fermez les yeux, vous êtes à la place Trafalgar Square de Londres ou à la place de Bastille de Paris. Le panthéon de Paris, c'est National Gallery de Londres, et c'est la Basilique...L'Angleterre a donc cultivé dans ses jardins à la fois la spiritualité romaine, le cartésiannisme français et le mercantilisme germanique. Le monde est dirigé à partir de Londres, nulle part ailleurs. Le grand Londres est constitué du Centre de Londres ; du Nord Est, du Nord Ouest, du Sud Ouest et du Sud Est. Le premier quartier à visiter est bien sûr Westminster, où résident les trois pouvoirs britanniques :  Buckingham Palace, la résidence de la famille royale, l'Abbaye de Westminster et le palais du parlementC'est cela la famille royale britannique. Une similitude avec la famille royale kongo.  Makukwa matatu malamba Kongo (Les trois foyers du Royaume Kongo) : Kinzambi (Nsaku ne Mvunda), Kimfumu (Nzinga), Kinvuama (Mpanzu). Depuis Londres, on peut comprendre l'esprit aristocratique des mannequins congolais, appelés péjorativement des sapeurs. Ce sont des Princes régnants remontant aux fondements du Royaume Kongo. C'est par là qu'il faut commencer le bain de Londres. Et en retour cette ville vous ouvrira tous ses portes inouïes.  Le moment fort de notre voyage est la découverte d'un kiosque de livres, une minilibrairie, située à la gare Victoria, au terminus des bus, Pages of Fun. Tous les livres classiques de la littérature anglaise et européenne sont soldés à peu près à deux livres. Je n'ai plus assez d'argent, car j'ai acheté chez les Indopakistanais des cadeaux pour les enfants. Je choisis deux livres, Oliver Twist de Charles Dickens (1812-1870) et Othello de William Shakespeare (1564-1616). Je présente à N. les pièces qui me restent. Il me signale : " vous avez à peine 0,25 pence"; Oh mon Dieu ! Dois-je casser ma tirelire ? Changer les euro en pound. Je lui demande de me réserver les deux ouvrages. Il les garde dans une enveloppe, en prenant soin d'y mentionner le nom de Kiese. Je sors pour réfléchir, je suis toujours à la gare Victoria, et me voilà à l'intérieur du bazar de la librairie WHSmith. Je tombe sur deux ouvrages, Antimatter de Frank Close édité par Oxorf university press ; un ouvrage qui traite des données actuelles de la cosmologie relativiste. L'ouvrage coûte sept livres 99; puis un deuxième ouvrage, God Created the Integers de Stephen Hamking publié chez Penguin Books. L'ouvrage coûte 17 livres 99. Dans cet ouvrage, S. Hawking commente les textes des grands mathématiciens ayant contribué à la construction de la théorie des nombres : Euclide, Archimèdes, Diophantus, ...Carl Friedrich Gauss, Georg Boole..., jusqu'à Alan Mathison Turing, en passant par Kurt Gödel.   Je décide de retourner à Paris, sans récupérer les deux livres de littérature que j'ai laissés chez Pages of Fun. Je m'excuse auprès de N. J'ai rangé dans leur rayon les deux livres scientifiques découverts par hasard chez WHSmith. Quand les vacances se terminent,  on a envie de les prolonger, car on n'a même pas tout vu à londres; On ne s'est même pas promené sur la Tamise. Que ressentez-vous ? De l'amertume, de l'esseulement. Londres comme un amoureux vous quitte alors que c'est vous qui partez.

Le prince de Nsanga Mvimba devant le portail de Buckingham Palace, la résidence officielle à Londres de la reine et de son époux, le duc d'Edimbourg.SUNP0238

SUNP0232

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entrée de Buckingham Palace

SUNP0241 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Taxi légendaire de Londres

SUNP0230

 

 

lodres1_007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une rue de Hounslow Central (Sud Ouest de Londres) étalant ses belles maisons victoriennes. Les rues sont spacieuses et bordées de jardins d'agrément (pleasure garden). Les Anglais ne s'enferment pas dans les maisons, ni dans les appartements. Après le travail, ils vivent dans leurs cours. Ils sont ainsi épanouïs.

lodres1_003

 

 

 

 Photo0134[1]

 

 

Photo0122[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un bus impérial garé devant la station The Bell (Hounslow Central). Toutes les deux minutes, on trouve un bus quel que soit le lieu où l'on veut se rendre. De banlieue à banlieue où du Centre de Londres à banlieue. A vrai dire il n'y a plus de frontière ni de fracture sociale entre le Centre de Londres et ses banlieues.

lodres1 004

lodres1_005  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'abbaye de Westminster où sont courronnés tous les monarques anglais. La façade ouest de la cathédrale comporte des statues de martyrs du XXe siècle, dont le Noir américain Martin Luther King, apôtre de la non violence lodres1_020 lodres1_022                                                                            

En tournant le dos à la Place Trafalgar Square, vous longez la rue du parlement britannique, et vous allez croiser au lieu des deux cavaliers, Horse Guards, l'entrée officielle du palais de Buckingham lodres1_031

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parlement britannique, le nouveau Palais de Westminster, se dresse au bord de la Tamise                                  

Photo0118[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Station de bus au The Congolese, 330 Lee High Road à Lewisham (SE London). Le ticket de bus coûte deux pounds vingt. Vous ne pouvez pas faire de correspondance avec ce ticket. Par contre vous pouvez acheter un ticket pour la journée ou bien pour la semaine et changer de bus autant que vous voulez. Vous pouvez aussi opter pour un titre de transport qui combine métro et bus. C'est vrai, c'est plus cher à Londres qu'à Rome où le titre de transport vaut un seul euro pendant une heure de trajet en changeant de métro, de bus et de tramway. SUNP0250C'est encore moins cher à Rome qu'à Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bouche de métro de Londres. Pour aller de Victoria Station à Hounslow Central, sur la ligne Piccadilly circus, le ticket de métro nous a coûté cinq pounds chacun.

SUNP0227

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des mariés Anglais. L'influence de la famille royale britannique et ses somptueux mariages pousse les Anglais à fonder des familles. Le célibat est moins développé. On est souvent pauvre en vivant seul ou en famille monoparentale. Le temps les a éduqués. Photo0135[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Two good looking Englishwomen. Les Anglais ont l'esprit ouvert et sont sociables. On peut facilement engager une conversation avec eux dans un bistrot, sans que cela soit perçu comme du harcèlement. Photo0138[1]