1. Les rois de France sous la dynastie des Capétiens et des Valois. Philippe IV Le Bel (1268-1314) fut Roi de France de 1285 à 1314. Son épouse s'appelait Jeanne de Navarre, fille du roi de Navarre Henri III. Il appartenait à la dynastie des Capétiens. Il eut pour enfants Louis X Le Hutin (1289-1316), Roi de France de 1314 à 1316, Philippe V Le Long (1294-1322), Roi de France de 1316 à 1322, Charles IV Le Bel (1294-1328), Roi de France de 1322 à 1328. Sous le règne de ce dernier des tensions surgissent entre la France et l'Angleterre. Le roi de France confisque le duché d'Aquitaine domaine du Roi Édouard II. Malgré ses trois mariages consécutifs avec Blanche de Hongrie, Marie de Luxembourg et Jeanne d'Évreux, Charles IV n'aura pas d'héritier mâle. Il s'agit d'un héritage patrilinéaire où ses filles n'ont pas le droit de lui succéder. On remonte à la lignée paternelle Philippe III le Hardi (1245-1285), Roi de France de 1270 à 1285, père de Philippe Le Bel et de Charles de Valois (1270-1325).

2. La guerre de Cent ans et les autres guerres calaisiennes. La couronne de France fut disputée entre Philippe VI de Valois (1293-1350), héritier patrilinéaire et Édouard III d'Angleterre héritier matrilinéaire, descendant de Philippe IV par sa mère. Le premier prince de Galles, Édouard II  (1284-1327) fut roi d'Angleterre de 1307 à 1327. En 1308, il épouse à Boulogne Sur mer Isabelle de France, fille du Roi de France, Philippe IV Le Bel et de la reine de Navarre Jeanne 1er. Isabelle de France avait pour frères les trois rois de Fance, Louis X Le Hutin, Philippe V Le Long et Charles IV Le Bel.  Édouard III (1312-1377) est issu de l'union entre Édouard II et Isabelle. Suite à la destitution de son père Édouard II  par sa femme Isabelle de France, Édouard III devient Roi d'Angleterre, Seigneur d'Irlande et Duc d'Aquitaine de 1327 à 1377.  Écarté du Trône de France, Édouard III déclare la guerre contre les Valois qui dura 100 ans (1337-1453). Les Français subirent une défaite à Crécy en 1346 sous Philippe VI Roi de France de 1328 à 1350 et une autre à Poitiers en 1356 sous Jean II Le Bon (1319-1364), Roi de France de 1350 à 1364. Après la victoire de Crécy, Édouard vint assiéger la ville de Calais, la clef de la France. Après onze mois de résistance, les Calaisiens acceptent la reddition. La ville restera sous occupation anglaise pendant plus de deux siècles. Cherchant à libérer Calais, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, attaque les Anglais en 1436, En 1558 la France récupère finalement la ville de Calais. En 1595, Calais est capturée par les Espagnols mais la restitue deux ans plus tard.

3. Le monument des Bourgeois de Calais. Pour accorder la vie sauve aux habitants, Édouard impose une condition aux assiégés : "Six des plus notables de la ville viendront nu pieds lui apporter les clefs de la ville". A cette nouvelle, la foule éclate en sanglots. Eustache de Saint-Pierre se lève et dit : "J'ai si grande espérance qu'en mourant pour ce peuple, j'obtiendrai pardon de notre Seigneur, que je veux être le premier." Son exemple est suivi par Jean d'Aire, Jacques et 1506767788_smallPierre de Vissant, Jean de Vienne et André d'Arbres. Tous les six s'avancent pieds nus, tête nue, la corde au cou, et présentent à Édouard les clefs de la ville." Ces personnages composent Les Bourgeois de Calais, l'œuvre sculpturale de Rodin. Après la miséricorde demandée par l'entourage du roi, La reine d'Angleterre, Philippine de Hainaut, demande à son tour grâce. Elle se jette à genoux aux pieds du roi, les yeux baignés de larmes. Le roi se laisse fléchir. Les six bourgeois furent sauvés. La ville de Calais fut sauvée en 1347 mais resta sous domination anglaise pendant 211 ans !

En 1884, la commune de Calais lance une commande auprès du sculpteur Auguste Rodin afin d'immortaliser le patriotisme de ses six notables.  C'est le monument des Bourgeois de Calais. Les âmes des six bourgeois de Calais veillent sur  l'hôtel de ville (deuxième et troisième image) et sur les Calaisiens (première image).

 

4.Sources. F.T.D., Histoire de France, Lyon Librairie générale catholique et classique, 1890.
Jean-Baptiste Santamaria, Rois de France, Paris, First, 2006.
C. Judrin, M. Laurent, D. Viéville, Auguste Rodin, Le monument des Bourgeois de Calais (1884-1895), Paris, Musée Rodin, 1977.
A. Le Normand-Romain, A. Haudiquet, Rodin, Les Bourgeois de Calais, Paris, Musée Rodin, 2001.

M'boka Kiese

 

Hotel-de-ville-de-Calais

280px-Burghers_of_calais