premiere-ministre-britannique-Theresa-May-mardi-15-janvier_0_190_135

Peut on comparer Theresa May, la première ministre du Royaume Uni de Grande Bretagne au personnage le roseau de Jean de la Fontaine dans sa fable, le chêne et le roseau ? Le chêne c'est bien sûr le Brexit (British exit from the European Union), le référendum sur la sortie du Royaume Uni de l'Union européenne plébiscité par le peuple britannique. A la suite du Brexit le premier misnistre David Cameron, remainer, démissionne. Le mandat du parti conservateur n'étant pas épuisé, pour diriger le Royaume Uni,  un vote interne entre les conservateurs a eu lieu ; Theresa May ancienne ministre de l'intérieur et ministre des femmes et des égalités sous le gouvernement de David Cameroun l' emporté, elle-même remainer. Elle devient par ricochet première ministre du Royaume Uni pour finaliser le Brexit avec lUnion Européenne.Elle se doit de respecter l'opinion majoritaire du peuple britannique s'étant prononcé pour le Brexit. Son opinion personnelle importe peu.La sortie de l'Unon européenne qui devrait être une simple lettre à la poste révèle ses fissures partout que Théresa May doit colmater.Des doutes subsistent chez les députés conservateurs et dans le gouvernement avec des démissions en cascade. Tout semble décourager Theresa May, les militants travaillistes soufflant le chaud et le froid afin de provoquer un deuxième référendum pour éviter la falaise. La ressurgence de la frontière entre les deux Irlandes. L'Irlande (Eire) est un pays indépendant et membre de l'Union Européenne depuis 1973. Sa capitale est Dublin ; la population est majoritairement catholique. L'Irlande du Nord, capitale Belfast est constitutive du Royaume uni comme l'Ecosse (Edimbourg) le pays de Galles (Cardif) et l'Angleterre (Londres).  Les Nordistes Irlandais sont europhiles ; ils ont largement voté contre le Brexit. Le spectre du retour de la fontrière entre les deux Irlandes hante les deux populations de Belfast et de Dublin, ainsi que celles de Londres. C'est le point d'achoppement du brexit. Un filet de sécurité nommé backstop a été envisagé comme solution destinée à éviter le retour d'une frontière physique sur l'Ile d'Irlande. La paix des braves signée avec Eire sera ainsi sauvegardée. Le Royaume uni resterait dans une union douanière avec l'Union européenne. La question est de savoir :  pendant combien de temps après le brexit l'Irlande du Nord  demeurerait à la fois  dans le Royaume uni et dans le marché unique de l'Union Européenne ? Le Royaume Uni souhaite garder la maîtrise de la durée de ce filet de sécurité. Londres soupçonne un piège où l'Irlande du Nord pourrait échapper à son contrôle.  Pour prévenir des catastrophes économiques dues au Brexit, certains militants Nordistes Ilrlandais prônent l'unification avec l'Irlande du Sud, c'est-à-dire  un réferendum sur la sortie de l'Irlande du Nord du Royaume uni. Mais il n'est pas question pour le Royaume Uni de  perdre l'Irlande du Nord. Ce serait une régression historique. L'Ecosse à son tour menace de convoquer un référendum pour se maintenir dans l'Union Européenne. Les écossais ont largement voté contre le Brexit. Mais cette éventualité est une utopie tant que l'Ecosse ne recouvre pas son indépendance vis-à-vis du Royaume Uni. Autrement dit à cause du Brexit, le Royaume uni risque de se disloquer et se réduire à la simple Angleterre et au Pays de Galles. L'Espagne convoite de nouveau le delta de Gilbratar. Que deviendront les travailleurs saisonniers espagnols dans le Delta de Gilbratar pendant la proclamation définitive du Brexit. Que deviendront les travailleurs Européens au Royaume Uni n'ayant pas demandé la nationalité britannique ? Que sera le statut des Britanniques dans l'Union Européenne après le Brexit ? Il me semble que ces deux problèmes liés à la mobilité des citoyens européens sont équivalents. Theresa May doit affronter  tous ces problèmes avec bravoure et dignité non pas comme un chêne mais comme un roseau déclamant à la manière de Jean de La Fontaine : 

"Je plie et ne romps pas" (Le chêne et le roseau).

 

Can we compare Theresa May, the UK's first minister to Jean de la Fontaine's reed character in her fable, the oak and the reed? The oak is of course the Brexit (British exit from the European Union), the referendum on the exit of the United Kingdom from the European Union acclaimed by the British people. Following Brexit the first minister David Cameron, remainer, resigns. The Conservative party's mandate not being exhausted, to lead the United Kingdom, an internal vote between the Conservatives took place; Theresa May former minister of the interior and minister of women and equalities under the government of David Cameroon prevailed, herself remainer. She becomes by ricochet prime minister of the United Kingdom to finalize the Brexit with the European Union. It must respect the majority opinion of the British people having pronounced for the Brexit. His personal opinion does not matter..The exit of the European Union which should be a simple letter to the post reveals its cracks everywhere that Theresa May must close. Doubts remain in the conservative deputies and in the government with cascading resignations. Everything seems to discourage Theresa May, Labor activists blowing hot and cold to provoke a second referendum to avoid the cliff. The resurgence of the border between the two Irlandes. Ireland (Eire) is an independent country and member of the European Union since 1973. Its capital is Dublin; the population is predominantly Catholic. Northern Ireland, capital Belfast is constitutive of the United Kingdom as Scotland (Edinburgh) Wales (Cardif) and England (London). Irish northerners are Europhiles; they voted widely against Brexit. The specter of the return of the border between the two Irlandes haunts the two populations of Belfast and Dublin, as well as those of London. Its the strumbling block of the brexit. A safety net named backstop was considered as a solution to avoid the return of a physical border on the island of Ireland. The brave peace signed with Eire will be saved.  The United Kigdom would remain in a customs union with the European Union. The question is : how long after the brexit  would Northern Ireland remain both in the United Kingdom and in the single market of the European Union  ? The United Kingdom wants to keep control of the duration of this backstop. London suspects a trap where Northern Ireland could escape to its control. To prevent economic disaster due to Brexit, some Northern Irish activists advocate unification with Southern Ireland, ie a referendum on the exit of Northern Ireland from the United Kingdom. But there is no question for the United Kingdom of losing Northern Ireland. It would be a historic regression. Scotland in turn threatens to call a referendum to stay in the European Union. Scots voted widely against Brexit. But this eventuality is utopian as long as Scotland does not regain its independence from the United Kingdom.In other words, because of Brexit, the United Kingdom is at risk of breaking up and reducing itself to mere England and Wales. Spain is once again coveting the Gilbratar delta. What will become of Spanish seasonal workers in the Gilbratar Delta during the final proclamation of Brexit. What will become of European workers in the United Kingdom who have not applied for British nationality? What will be the status of the British in the European Union after Brexit? It seems to me that these two problems related to the mobility of European citizens are equivalent. Theresa May must face all these problems with bravery and dignity not as an oak but as a reed declaiming in the manner of Jean de La Fontaine:


"I bend and do not break" (The oak and the reed).