ada1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE PLUS ANCIEN ET LE PLUS BEL HOMMAGE DE L’HUMANITE A LA FEMME BIEN AIMEE

Par Pascal Kossivi ADJAMAGBO

A l’occasion de la journée internationale de la Femme, qu’il soit permis à un poète de rendre à toutes les femmes l’hommage qu’elles méritent largement, en leur dédiant le poème anonyme suivant de l’Egypte Antique Noire Africaine, « le plus ancien et le plus bel hommage de l’humanité à la femme bien-aimée », datant d’environ 1200 avant Jésus.

«L'unique, la bien-aimée, la sans pareille, La plus belle de toutes,

Regarde-la, elle ressemble à Sirius,

La plus brillante des étoiles,

Celle qui annonce une bonne et heureuse année.

Sa grâce est éclatante,

Sa peau luisante,

Comme de l’ébène poli,

Et ses yeux pleins de charme.

Douces sont ses paroles,

Et chez elle, jamais un mot de trop.

Son cou fait penser à un cygne noir,

                   Ses seins sont resplendissants comme des fruits mûrs,

                   Et ses cheveux sont comme

Une authentique pierre précieuse noire,

Le lapis-lazuli.

                   Ses bras sont plus magnifiques que l’or,

                   Et ses doigts comme des fleurs de lotus.

Bien rondes sont ses fesses,

Bien fine sa taille,

Tandis que la forme de ses hanches

Rend parfaite sa beauté.

Sa démarche est si gracieuse

Qu’elle séduit mon cœur,

Et qu’elle fait tourner la tête

A tous les hommes qui la voient.

Bienheureux celui qui l’enlacera,

Il sera le plus heureux de tous les amoureux.

Chacune de ses sorties est

Comme l’apparition d’une diva ! »

 

Poème d’un auteur anonyme de l’Egypte Antique, datant du 12-ème siècle avant Jésus, de la 20-ème dynastie, et sauvé du naufrage du temps par le document en provenance de la capitale culturelle Thèbes de l’Egypte Antique appelé « papyrus de Chester Beatty I »

 

 

ada2