IMG00055

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les artistes congolais kinois sont en avance d'un siècle par rapport à l'élite intellectuelle et politique de ce pays. C'est une vérité de La Palice. J'ai visité l'exposition Congo Kitoko dans le quatorzième arrondissement de Paris à la fondation Cartier en bonne compagnie ; Je suis sorti de là commotionné, tourmenté, pleine d'espérance pour mon Congo Démocratique futur. L'avenir de ce pays dépend des artistes, pas des hommes politiques. Ces artistes détiennent les secrets du développement durable d'un Congo nouveau : "Pour poursuivre un idéal très élevé, la raison humaine se nourrit de l'utopie" (Mboka Kiese). L'actuelle capitale Kinshasa, trop coloniale sera dépassée.

 

Vision de la future ville de Kinshasa (photos 2,3, 4 et 5).

IMG00057

IMG00064

IMG00069

IMG00070

 

L'artiste visionnaire Bodys Isek Kingelez a déjà conçu la maquette du futur Kinshasa, intitulé Kimbembele Ihunga. Rigobert Nimi abonde dans le même sens. Une cité des étoiles sera construite au Congo Démocratique avec des bâtiments robotisés et des villes intergalctiques. Ces nouvelles cités urbaines ne nécessiteront jamais de police ni de soldats.  Le projet d'une bibliothéque numérique, Papetheca, où les lecteurs n'auront plus accès aux livres réels, mais à des livres numérisés du monde entier, tout en vivant à Kinshasa.  De nouveaux immeubles de Kinshasa Ya Sika pourront intercepter des engins nucléaires ou atomiques comme l'explique Bodys. L'exposition est organisée en trois espaces. L'exposition des tableaux des peintres du passé, des contemporains et de la jeune génération. Les contemporains ont inauguré la peinture populaire. Les représentants les plus connus de cette art réaliste sont Chéri Samba (de son vrai nom Samba wa Mbimba N'zinga Nuni), Moke (Monsengwo Kejwamfi), Cheik Ledy et JP Mika. La jeune génération est versée dans le surréalisme (Steve Bandoma, Pambu Bodo et ses sapeurs du troisième millénaire) et l'abstraction (Mega Mingiedi Tunga). Les peintres du passé brillent dans l'art naïf. Le sous-sol de la fondation Cartier présentait une exposition des photographies de Lemvo Depara, de Ngaïmoko Ambroise avec son studio 3Z et de Oscar Memba Freitas. Jean Whisky Deparaime aime son art, le public congolais et celui-ci le lui bien rendu. L'histoire de la musique congolaise figurait en marge de cette exposition ; tout le film de l'exposition où les artistes se sont livrés corps et âmes sans détours. Dans ces entretiens on retrouve à travers ces artistes l'homme véritable, l'humanisme intégral. Cependant lorsque vous vous promenez dans le jardin des bâtiments de la fondation Cartier, vous tombez sur un kiosque nommé Kiosque Kitoko. des tableaux sans signature ornent cette cabane en bois. Il s'agit des toiles de JP Mika, m'a t-on assuré. C'est le moment le plus envoûtant de ma visite. J'ai tenu à le partager avec vous, cher-es internautes.  

IMG00042

IMG00043

IMG00044

IMG00046

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La peinture surréaliste de Pierre BODO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG00056

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les fresques  de JP Mika (photos 9, 10 11, 12, 13, 14, 15, 16 et 17).

IMG00037

IMG00038

IMG00041

IMG00031

IMG00032

IMG00023

IMG00026

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

IMG00035

IMG00019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette dernière oeuvre prémonitoire de Chéri Samba date de 1994. Elle évoque l'afflux des migrants en Europe. Le phénomène s'est accentué en 2015 à cause du printemps arabe, des guerres en Somalie, Afganistan, Irak, Lybie et Syrie et de la mauvaise gouvernance en Afrique subsaharienne.