Le Professeur Théophile Obenga parle de Simon Kimbangu. 

Notes de l'éditeur.

Cette communication orale de Théophile Obenga participe d'une conférence  internationale sur le thème "Simon Kimbangu (1887-1951) : l'homme, son oeuvre et sa contribution à la libération de l'homme noir" tenue au Centre kimbanguiste d'Accueil et de Conférences de Kinshasa du 24 au28 juillet 2011. La conférence sur Simon Kimbangu avait été organisée à la fois par l'Eglise Kimbanguiste et le Gouvernement congolais-kinois. "Cette conférence avait bénéficié de la collaboration de nombreuses institutions universitaires et de recherches nationales et internationales parmi lesquelles l'Université Simon Kimbangu (Kinshasa), l'Ecole des hautes études en Sciences sociales (Paris), l'Université de Kinshasa, l'Université de Lubumbashi, etc..." (sic). Elle fut dirigée par l'historien Elikia M'Bokolo et Sabakinu Kivilu représentant le rectorat de l'université Kongo de Mbanza -Ngungu.La majorité des conférenciers n'était pas de confession kimbanguiste. L'Eglise kimbanguiste avait prêté ses locaux afin que des non-kimbanguistes disent le droit et la vérité sur Simon Kimbangu. Un ouvrage édité par l'harmattan réunit en deux tomes toutes les communications des conférenciers. Les paroles de Théophile Obenga ont été transcrites dans le premier tome aux pages 51-58 et portent l'intitulé, "La libération de l'Homme noir".

simonkimbangu

SIMON KIMBANGU LE PROPHÈTE DE LA LIBÉRATION DE L'HOMME NOIR TOME 1

Sous la direction de 

Elikia M'BokoloKivilu Sabakinu

Harmattan RDC
RELIGION AFRIQUE NOIRE République Démocratique du Congo 


Cet ouvrage en 2 tomes rassemble 61 textes, représentatifs de l'état de la question dukimbanguisme, des acquis bien établis de la recherche à leur sujet, des questions encore en débat, des sujets qui restent méconnus et des perspectives de recherche à organiser. Les nouvelles perspectives ouvertes dépassent les problématiques et les connaissances existantes sur Simon Kimbangu et sur le kimbanguisme et, au-delà, sur les religions africaines.