Couv1Wane

L’expérience mauritanienne, figée dans une dichotomie raciale et esclavagiste, éclaire d’un jour nouveau les réalités africaines, hantées par plusieurs antagonismes. Les extraits qui suivent illustrent, en guise de commentaire, la souffrance et la colère de Lobadé, constatant avec émoi le renoncement des élites.

« Le vivre ensemble ? … Il faut enfin que les plaies soient correctement soignées. Les pansements, ce n’est vraiment pas ce dont on a besoin. De vrais soins pour guérir les plaies. A force de rester longtemps ouvertes, elles ont fini par infecter tout le corps social. Pour guérir le mal, il faut aller à la racine. »

« C’est toujours en fonction de leurs propres référents culturels que les chercheurs construisent et valident leurs théories. Je pense qu’il y a effectivement une image caricaturale qui nous voile la face et nous empêche ainsi de saisir dans toute son objectivité le vécu des sociétés observées. »

« La quête identitaire, hélas, ne se contrôle pas et elle finit souvent en meurtre ! Hitler et ses sbires rêvèrent d’un peuple pur, sans tâche, grand, plein de vie, conquérant, dominant… Le refus de l’autre parce qu’il est différent de nous aboutit généralement à tous les excès. »

« … Il y a en effet une catégorie de citoyens à qui tout est possible, accessible et une seconde catégorie de sujets, figures errantes, qu’on tolère mais des gens à qui on ne concède aucun droit… Ils sont condamnés à un enfer où ils s’enfoncent tous les jours sans pouvoir toucher le fond. Aujourd’hui les victimes de la déraison de l’Etat … refusent la domination. »

Abdoulaye Wane forge dans ce texte dur et proche du réel, de nouvelles modalités de coexistence qui célèbrent la différence comme plus-value humaine.

Folio : 80 pages, Format : 135mm*210 mm
Date de parution : 26 juillet 2014
Prix Public T.T.C. : 10 €
ISBN : 2-84220-0077-0

 

 

 

maisaon

COMMENTAIRES DE M'BOKA KIESE

La logique quaternaire ou dynamique.

La page de couverture fait apparaître un symbole taoïste, le yin yang. La partie sombre (noire), le yin chinois porte une inscription : "Une vie de pierre" ; la partie lumineuse (blanche), le yang chinois, porte une inscription : "Noirs de Mauritanie".
L'inscription, "une vie de pierre" porte la marque du yang (ntemo en kikongo), car elle est peinte en blanc. Inversement, "Noirs de Mauritanie" est inscrit en noir, c'est-à-dire connote le yin (tombe en kikongo).   La partie noire et la partie blanche sont les deux pôles opposés de la société mauritanienne, les Maures et les Noirs. Mais si la société mauritanienne se limitait à cette opposition binaire, elle serait statique et cesserait de fonctionner. Or comme toute société, la Mauritanie est une société dynamique. Comment le taoïsme explique ce changement ? 

Primo, "les deux pôles opposés, le yin et yang, assignent des limites aux cycles de changement"(sic).

Deuxio, "Chaque fois que l'une des deux forces atteint son extrême, elle contient déjà en elle-même, le germe de son opposé " (sic) ;

Tertio, "l'une des forces est obligée de se retourner et de se transformer en son contraire" (sic).

Dans cette logique quaternaire, la société mauritanienne est composée de Nègres mauritaniens (Ouolofs, toucouleurs, Soninke), de Beidanes (Maures blancs), de Haratines (descendants d'anciens esclaves) et une quatrième composante de Blancs-nègres. Cela signifie que dans le combat contre la discrimination des Nègres mauritaniens, il existe des Nègres qui ne militent pas avec eux , voire sont apolitiques et préfèrent vivre en paix avec le pouvoir dominant ; il existe également des Maures Blancs qui sont offusqués de la situation disciminatoire vécue par les Noirs en Mauritanie; ils participent donc à la lutte ; et enfin il y a des Maures Blancs dominants. Cette logique quaternaire  symbolisée sur la première page de couverture donne une réalité plus vraie, plus dynamique plus optimiste de la Mauritanie que la logique binaire limitée à la confrontation statique Blancs-Noirs.  Dans cette logique quaternaire ou dynamique, quand le yang atteint son apogée, il laisse place au yin et vice versa.