Le poète congolais Huppert Malanda. (© DR)

Le poète congolais Huppert Malanda. (© DR)

 
 

 Par Adiac-congo.com | Jeudi 8 Août 2013 | 13:29 | Article tiré du site StarsduCongo.com (Bruno Okokana)

 

Grand prix mondial de poésie : le Congolais Huppert (Laurent Malanda) primé par la World and Universal Academy 

 Le texte Comment éteindre les volcans ? du poète congolais a été primé meilleur texte au Grand Prix mondial bilingue de poésie organisé chaque année par la fondation World and Universal Academy, en partenariat avec la fondation World Management and Knowledge Forum à Groningen aux Pays-Bas 


Cet ambassadeur de la littérature congolaise vient une fois de plus de montrer que la poésie congolaise est bien vivante. En effet, sur trois mille candidatures d’écrivains amateurs ou professionnels venus de 182 pays, le jury a nominé 210 candidats parmi lesquels le Congolais Huppert Malanda, reconnu meilleur artiste poète et distingué premier lauréat du Grand Prix mondial de poésie. 

La candidature d’Huppert Malanda était composée de cinq textes poétiques, dont Rêve des peuples, dédié à Socrate ; Élégie soleil pour le premier sang de l’aurore, dédié à Nelson Mandela ; Élégie lunaire pour le prince de Médine, dédié à Mahomet ; Habiter le silence et Comment éteindre les volcans ? C’est finalement Comment éteindre les volcans ? qui a remporté ce prix mondial. Avec cette brillante victoire, le lauréat bénéficiera d’une promotion internationale et sera d’office nominé pour le Grand Prix Leonardo De Vinci en décembre 2013 à Amsterdam au Pays-Bas. 

Le Français Daniel Gros-Circan, le Français Vincent Guiot, la Roumaine Christina Ciobanu, l’Indien Jain Nikhil, l’Espagnol Daniel de Culla, le Camerounais Bogni Téguia, le Canadien Jérémie Provencher, lIindonésienne Mila M, et le Haïtien Saint-Louis Jean Bertin ont été également primés. 

« Comment éteindre les volcans ? est un chant pour nommer le visage du temps et de la planète. Une interrogation sur les déserts qui peuplent cette condition humaine installée par vésanie des civilisations de l’époque contemporaine », déclare Huppert Malanda. 

Rappelons qu'Huppert Malanda est président de l’atelier Senghor-Bureau de liaison des poètes. Il a reçu en 2012 le prix de poésie des Éditions du Bord du Lot et la médaille d’honneur de la Francophonie. Délégué des rencontres européennes Europoésie en République du Congo, il est membre de l’Union des poètes francophones et Grand Prix de poésie de la renaissance africaine 2010 à Dakar. Il est le représentant Afrique de l’organisation du centenaire de la naissance d’Aimé Césaire, en France. 

------------------------------------------------------------------

 

IMG_20140522_0001

Extrait du recueil, Les paradis fragiles, Éditions Flammes vives.

 

Voici Western Congo

Voici la chorégraphie des vipères

Le soleil  impossible

dans ces ombres aiguisées

qui démembrent l'aurore.

 

Elles ont guillotiné mon fleuve

Et corrompu ses alevins

Elles ont hissé notre âme sursitaire

Sur une liberté à jeun

 

Et nous avançons la guerre et moi

La main dans la main

Comme deux potes inséparables

Huppert (Laurent Malanda), Les Paradis fragiles, France, éditions Flammes vives, p.15.

 --------------------------------- 

Ah ! Les dieux Koongo ne sont plus des dieux

qu'ils dédommagent mes prières !

ils ont fécondé des ombrages

où l'amour éclot

des nébuleuses inhabitables

des nuités maladives où les ombres qui s'allongent

viennent de la lumière qui blesse

Huppert (Laurent Malanda), Les Paradis fragiles, France, éditions Flammes vives, p.90.