310812-0125

 

 

 

Nkuka ba dia nseke di fua di sasa est une expression métaphorique kongo. Nkuka est une sorte de palmier. Il meurt (difua) puis ressuscite (disasa). Il existe beaucoup de musiciens aux Congo, certes. Mais les musiciens talentueux sont rares. Ladis en fait partie. On peut lui attribuer la métaphore ainsi citée.  Il vient de produire un Compact disque de 9 chansons : Deza Lutambi (rumba mboka mboka), Ndiku za Bintsembola, Luzolo, Tithy (Les Antilles), Au secours (Reggae), Ya ndjingula (du ndombolo propre), Bidilu (Tribute to Bounzeki Rapha), Bintsamu (salsa en kikongo), Maman (poésie). Ce disque est accompagné d'un film en DVD. Le premier titre Deza Lutambi signifiant en kikongo Muendo lunguenia (hâtez-vous lentement) est un concept inaugural en philosophie. Son repertoire est diversifié, Rumba, Salsa avec des paroles sensées, parémiologiques. Aucune médiocrité, aucune vulgarité. Comme on apprécie sa musique, on danse en toute dignité. Il y a du Nganga Edo, du Michel RaFa, du Mbamina, du Nzongo Soul, du Clem Monkala, du Bounzeki Rafa, du Jacques Loubelo, du Sammy Massamba, du Hardos Massamba (dans l'Afrique qui pleure), du Josys (du Kosovo au Congo), du José Misamou, du Franklin Boukaka, du Zaïko Langa Langa...A lui tout seul, il réunit tous ces talents de l'histoire de la musique congolaise des deux rives du fleuve Congo.

Ladis Arcade "Ya Ndjingoula"