biyogoTandis que le Nigeria, le Cameroun, le Sénégal, le Congo démocratique, et d'autres pays africains se sont illustrés comme des grandes nations philosophiques, le Gabon, la dernière venue dans cette géographie idéelle continentale, est demeurée longtemps Terra incognita, lorsqu'elle ne se confinait pas au domaine de la vacuité du philosopher. Pour autant, ce pays n'en a pas moins produit ses 15 dernières années (1998-2012) une graine importante, qui en a fait subrepticement une importante nation philosophique, laquelle a fait le plus de progrès en la matière en Afrique, puisqu'elle est devenue numériquement et qualitativement la quatrième terre philosophique continentale et a multiplié sa production par trois. En voici les grands courants, les Maîtres et les disciples.

I- L'ECOLE EPISTEMOLOGIQUE ET EGYPTOLOGIQUE D'INSPIRATION DIOPIENNE.

Autour du Maître de l’Ecole

Cette Ecole date de 1995, et a pour Maître Grégoire Biyogo, de plus en plus considéré aujourd’hui comme marchant de très près sur les sentiers du Maître et du savant africain dont il poursuit l’œuvre : Cheikh Anta Diop, qui fut physicien, épistémologue et égyptologue doué. Philosophe, politologue et égyptologue africain originaire du Gabon, Biyogo a fondé et dirige le premier centre de recherche d’égyptologie et d’épistémologie d’inspiration diopienne : l'Institut Cheikh Anta Diop (ICAD) qu’il a implanté à l'Université Nationale du Gabon[1]. Cette Ecole de philosophie, d’épistémologie, d'égyptologie, de poétique et de sciences sociales a pour objectif d’étudier l’origine de la philosophie et des sciences, de lire l'oeuvre de Cheikh Anta Diop et des égyptologues, en vue de poursuivre le programme d’une épistémologie des sciences humaines sur fond de partage avec Diop et le foyer égypto-nubien, sous un angle critique, déconstructiviste et néopragmatiste. Outre ce premier paradigme égypto-nubien du savoir, il en a tracé récemment un programme heuristique inaugural : le paradigme arabique et phénicien du savoir, qui est le troisième foyer des Antiquités africaines auquel il consacre ses investigations, après le premier paradigme préhistorique du savoir. Ces trois paradigmes constituent l’essence des Antiquités et des humanités classiques africaines,  dont les deux premiers ont été remarquablement mis en lumière par le professeur Cheikh Anta Diop, et par la suite, par le professeur Théophile Obenga. L’une des découvertes philosophiques surprenantes de l’Ecole, est que la philosophie et les sciences sont nées dans le foyer égypto-nubien, et non pas en Grèce selon la thèse communément admise jusqu’ici. On sait les Grecs eux-mêmes l’ont affirmé, que les penseurs romains et latins l’ont répété, et que les égyptologues en ont apporté des preuves. Mais jamais autant qu’avec l’Ecole diopienne cette découverte n’a été autant démontrée, passant de la sorte du postulat à l’hypothèse testée. Diop s’y essaie déjà dans Antériorité des civilisations nègres (1976, 1993), puis dans son Maître ouvrage, Civilisation ou barbarie (1981) dans le texte épistémologique et programmatique de 1985, Philosophie, science et religion. Depuis, le relais a été pris par les grands diopiens, La philosophie africaine de la période pharaonique2780-330 avant notre ère (1990). Et le  fondateur de l’ICAD, signataire de ce texte taxinomique, Aux sources égyptiennes du savoir (1998, 2002)Origine égyptienne de la philosophie (2001), et plus encore Histoire de la philosophie africaine (2006, 3 volumes, 2005/ 4 volumes 2006, en l’occurrence le vol. 1 : Le berceau égyptien de la philosophie). Et il n’est pas jusqu’à sa seconde dissertation d’Habilitation qui ne se penche sur cette question cruciale, Histoire de la philosophie. Contributions à la philosophie de l’histoire de la philosophie. Approches déconstructiviste et néopragmatiste (Paris VIII). En son économie interne, L'Ecole diopienne du Gabon s'organise autour de cinq courants distincts, tous impulsés par le Maître de l’Ecole de Libreville.

 

1-Le courant mvettologique et d’égyptologie du Gabon qui étudie le filiationnisme Egypte ancienne/Afrique Noire (mvett/Livre des Morts, langue égyptienne/langue ékang, institutions ékang/institutions égyptiennes…). Plus encore la possibilité de repenser et de relire le Mvett à l’aune de  la science moderne. D’où les travaux bien connus biyoguiens, Encyclopédie du Mvett. Du Haut Nil en Afrique Centrale (2 vol. 2000, 2002), et notre prochaine publication Dictionnaire comparé de l’Egypte ancienne et de l’Afrque Noire (Autour du trait d’union Kémit-ékang) Encore le remarquable Mvok ékang Nna, base de l’Occident du mvettologue diopien Jean Ondo Ella, et Du sphinx au Mvett du philosophe mvettologue Alain Elloué Engoune.

 

2-Le courant d'histoire de la philosophie et des sciences, articulé sur les origines égypto-nubiennes de la philosophie et des sciences. Mais aussi autour de la relecture critique des grandes œuvres de la discipline, des Ecoles nubiennes (Diop, Obenga, Biyogo, Bilolo, Claude Sumner), égyptiennes, jusqu’au moment grec, et aux pensées modernes et postmodernes. L’ICAD a développé un dialogue fécond et critique à l’égard des philosophes comme Bergson, Hegel, Heidegger, Sartre, Habermas, Rorty, Derrida…

 

3-Le courant d'herméneutique, de poétique des textes et d'épistémologie des sciences humaines, sur fond du dialogue serré entre Jacques Derrida, Richard Rorty et Cheikh Anta Diop.Adieu à Jacques Derrida (2007) de Biyogo, ou encore Littérature et philosophie (2008).

 

4-Le courant économique et juridico-politologique sur fond de l’élaboration d’une philosophie critique de la mondialisation et de l’élaboration de l’Etat fédéral africain. Grégoire Biyogo a formé un grand nombre de disciples dont les principaux enseignent à l’Université de Libreville. Les travaux de Grégoire Biyogo sur Déconstruire les Accords de coopération franco-africains (2011), ou encore ceux de l’économiste et politologue diopien Nicolas Agbohou, qui au demeurant est chercheur associé à l’ICAD, Le Franc CFA et l’Euro contre l’Afrique, préface de Grégoire Biyogo (1999), D’où la géographie philosophique interne suivante.

 

5-Enfin, le courant logique, méthodologique et épistémologique, qui a permis l’élaboration de la modélisation quinaire dans l’heuristique, notamment avec notre Traité de méthodologie et d’épistémologie de la recherche (2006) ou encore notre texte Corpus des corpus

 

II-LISTE DES ENSEIGNANTS DE PHILOSOPHIE, DES PHILOSOPHES ET EPISTEMOLOGUES DE L’ICAD.

1-Grégoire Biyogo, est tour à tour philosophe, égyptologue, politologue, poéticien et écrivain, docteur en poétique et en épistémologie des sciences de l’Homme, Habilité à diriger des recherches en épistémologie des sciences humaines et habilitation à diriger des recherches en logique, diplômé de science politique. Le Maître de cette Ecole est spécialiste de Cheikh Anta Diop, dont il lit l’œuvre et continue le travail d’élaboration des sciences sous condition de l’Egypte. Il a été élève en philosophie de Jacques Derrida, avant de se pencher sur son œuvre et de l’enseigner. Puis il a travaillé sur Richard Rorty, et sur le Mvett de Tsira Ndong Ndoutoume. Il a publié au moins une quarantaine d'ouvrages, organisé 10 colloques et 10 salons du Livre. Il a en l’occurrence participé au Colloque International Cheikh Anta Diop de Dakar en 1996, et a lui-même organisé un colloque international sur l'oeuvre diopienne en 2006 à Paris, lorsque en 2007, ce fut un Colloque sous-régional autour de la philosophie africaine, qui a vu la participation des grands philosophes du continent. C’est aussi l’année où il est fait Lauréat de la Pléiade pour l’ensemble de son œuvre. Professeur à l’UOB, puis en France (Paris XII et Laboratoire de Logique de Paris VIII), il se consacre à la direction des thèses, à son Université numérique (Per Ankh panafricain de la Renaissance) et à ses éditions (Imhotep). Citons quelques uns de ses 40 titres et certains de ses disciples ou chercheurs avec lesquels il a eu un chemin de pensée ou d’encadrement des travaux.

-L’Ecriture et le Mal (philosophie, Théorie littéraire, peinture, musique de l’Antiquité au XXème siècle, dans une perspective d’Application en sciences humaines de l’hypothèse du chaos de la physique de James Gleick et des mathématiques fractales de Benoït Mandelbrot), Thèse de doctorat en poétique, Paris-Sorbonne, Paris IV. 4 tomes, 1250p.

-La Théorie en questions, Contribution aux recherches sur l’épistémologie des sciences humaines (Approches de Jacques Derrida, Richard Rorty). Dissertation HDR (Paris XII, 2004). 4 tomes, 1200p. Et trois livres.

-Histoire de la philosophie africaine. Contributions à la philosophie de l’histoire de la philosophie. Approches logiques, déconstructivistes et néopragmatistes. Thèse de logique, d’histoire de la philosophie et des sciences. Paris VIII, Dissertation d’Habilitation à diriger des recherches (2012). 4 Volumes 1000p, et 1 dissertation de synthèse.

-Aux sources égyptiennes du savoir (volume 1. Enjeux et perspectives de la pensée de Cheikh Anta Diop, volume 2. Système et anti-système : Cheikh Anta Diop et la destruction du logos classique). 1998-2000.

-Origine égyptienne de la philosophie. Au-delà d’une amnésie millénaire : le Nil comme berceau universel de la philosophie (2001).

-Adieu à Jacques Derrida. Enjeux et perspectives de la déconstruction (2006).

-Histoire de la philosophie africaine en trois volumes (2005).

-Histoire de la philosophie africaine en trois volumes (2006).

-Littérature et philosophie (à l’épreuve de la Nouvelle théorie), 2008.

-Manifeste pour lire autrement l’œuvre du professeur Cheikh Anta Diop aujourd’hui (1923-1986), (2006).

-Déconstruire les Accords de coopération franco-africains (2011). 

-Bibliographie classificatoire et sélective des œuvres générales de la philosophie et de l’égyptologie africaines (2011).

-Le Corpus des corpus, Vol1 : Lettres, philosophie, sciences humaines, égyptologie, économie, droit, sciences politiques (2011).

 

2-Dominique Etoughe Mba, docteur en droit constitutionnel, constitutionnaliste, épistémologue du droit, doctorant en philosophie, enseigne à l’UOB. Esprit remarquable, méthodique et hypercritique. A été mon premier élève en philosophie au Gabon, dont j’ai encadré une Mémoire de Maîtrise lumineux, digne de publication sur Heidegger Nietzsche et les Modernes et les Grecs. Puis il s’est par la suite orienté en droit constitutionnel, nous lui devons deux livres et une thèse inaugurale, saluée des Maîtres de la discipline. Lecteur de l’œuvre de Diop.

-Poétique et ontologie : Heidegger, Nietzsche et le monde grec, Mémoire de Master I, dirigé par Grégoire Biyogo, 1996 (félicitations du jury avec 17/20).

- Constitutionnalisme et ethnie en Afrique Noire francophone : enjeux et perspectives. Contribution à la théorie de l’État postcolonial (Nanterre, félicitations du jury et Recommandations de publication) 

-Refonder l’Etat au Gabon, Contributions au débat, Co-dirigé avec Benjamin Ngadi, docteur en philosophie (2003).

-Justice indigène et essor du droit coutumier au Gabon. La contribution de Léon M’ba : 1924-1938 (2007)

 

3-Auguste Eyéné, docteur en philosophie option "anthropobiologie", et docteur en science de la communication), c'est mon second élève en philosophie, donné comme l'enfant terrible de la pensée philosophique au Gabon et un espoir majeur continent, lequel enseigne la philosophie à l'ENS, et exerce la haute responsabilité de la formation des CAPES. C'est à lui qu’incombe le titre de Directeur adjoint de l'ICAD. Nous lui devons trois livres, et des articles importants, dont le remarquable "Ce que lire Cheikh Anta Diop veut dire aujourd'hui" (Manifeste, 2006). La puissance de sa pensée y est à l'œuvre. Il a aussi eu pour Maître aussi Jacques Poulain. Ce jeune philosophe lit avec rigueur aussi bien le politique, que la philosophie du langage, l'épistémologie et l’anthropobiologie. C’est l’héritier de l’Ecole. Lecteur averti et déconstructiviste de l’œuvre diopienne.

-L’Homme et le temps : pour une lecture anthropobiologique de l’Etre, thèse de philosophie hautement saluée par le jury, Paris VIII (2007, félicitations du jury et Recommandation de publication).

-Le Mythe, l’écriture et la technique. De la brisure du signe à l’énonciation du Gramme, de l’archive et du phénomène moderne d’abstraction numérique, Thèse en théorie de la communication, Paris VIII, laquelle nous a fait l’amitié de prendre part au jury de cette remarquable thèse, soldée, comme la première d’Eyéné, par les félicitations du jury et la recommandation de publication.

-L’Homme, l’Afrique et l’Humanité (2001).

-Lire le précepte de l’insoumis de Grégoire Biyogo, co-dirigé par Auguste Makaya (2011)

 

4-Benjamin Ngadi, a été chercheur à l’ICAD, docteur en philosophie, enseigne au département de philosophie, brillant heideggérien. Ami d’Auguste Eyéné, et de Dominique Etoughe, ils ont signé des ouvrages ensemble, tandis qu’ils étaient seulement doctorants.

-Subjectivité, modernité techno-scientifique, et décacdence dans la pensée heideggérienne, Une approche systématique, thèse de philosophie (Poitiers, avec les félicitations du jury et les Recommandations de publication).

-L’Homme l’Afrique et l’Humanité, In Le Papyrus, Cahiers de l’ICAD, co-dirigé avec Auguste Eyéné, 2001.

-Refonder l’Etat au Gabon, Contributions au débat, Co-dirigé avec Dominique Etoughe, docteur en droit constitutionnel, doctorant en philosophie (2003).

 

5-Max-Médard Eyi Obiang, docteur en poétique, enseigne les Lumières, et a écrit un mémoire de maîtrise remarquable sous notre direction, et une thèse vigoureuse dont l’Université Paris XII où nous professions alors nous a fait l’amitié de présider le jury. Il s’agit d’un Nietzschéen et d’un balzacien doué, qui constitue l’un des espoirs des lettres et de la pensée philosophique post-nihiliste. Et pas seulement au Gabon. Lecteur avisé de l’œuvre de Diop.

-Tragique et néoréalisme dans l’économie balzacienne, Essai d’herméneutique nietzschéenne autour du père Goriot, Paris XII, publié par Lille, 2007.

-Introduction à la littérature du siècle philosophique (2009). 

 

6-Steeve Elvis Ella, docteur en philosophie, notamment sur l’éthique médicale, enseigne la philosophie à l'Université de Libreville. Remarquable levinassien, doublé d’une grande promesse heuristique, jeune mvettologue à qui l'on doit déjà deux ouvrages essentiels, dont un essai de grande tenue sur Levinas et un autre sur Le Mvett. Lecteur de l’eouvre de Diop.

-Les enjeux éthiques de la fin de vie dans la médecine moderne et traditionnelle: cas du Gabon (Paris Est, 2011, avec les félicitations du jury et la Recommandation de publication).

-Emmanuel Levinas, des droits de l’homme à l’homme (2009)

-Mvett ékang : le projet Bikalik. Essai sur la condition humaine, préface de Grégoire Biyogo, postface de Bonaventure Mvé Ondo (2011). C'est un des jeunes espoirs de nos lettres philosophiques continentales.

 

7-Germain Ndong Essone, chercheur à l’ICAD, docteur en philosophie, notamment sur l’éthique jonassienne. Ce jeune penseur a engagé une explication vigoureuse dans sa thèse avec l’éthique de l’environnement, en questionnant aussi bien Sartre depuis le Master I lorsque je co-encadre sa recherche, que Jonas, à travers un travail qui a été hautement salué par le jury. Lecteur de l’œuvre de Diop.

-L’heuristique de la peur et la responsabilité éthique du milieu naturel chez Hans Jonas. Thèse de philosophie, Nantes,  2010.

 

8- Claver Bibang Nguema, chercheur à l’ICAD, poéticien, derridien, blanchotien et senghorien de grande qualité, formé en Sorbonne à Paris IV. C’est l’héritier en poétique de notre enseignement, dont il a tiré un grand profit dès son Mémoire de Master II, puis dans sa thèse, où chaque fois, j’ai eu l’occasion de prendre la mesure des progrès commis et de l’inauguralité de sa pensée transversale, salutée à l’unanimité par le jury.

-Poétique de la Controverse, Mémoire de Master I, sous notre direction, qui avait reçu à l’unanimité les félicitations du jury, avec 17/20, UOB, 2001. Lecteur averti de l’œuvre de Diop.

-Approche comparée de la Nuit et du jour dans le texte de Maurice Blanchot et de Léopold Sédar Senghor. (Lecture derridienne). Paris IV-Sorbonne, 2010.

 

9-Brice Lévy Koumba, chercheur à l’ICAD, poéticien inventif, derridien, docteur en poétique de l’Université de Nancy,  spécialiste remarquable du Marquis de Sade, esprit brillant, qui tient par ailleurs un blog sur la littérature et la pensée gabonaises. Le jury de sa thèse en lequel il m’a été donné de siéger, a souligné toutes les avancées de ses investigations. Lecteur averti de l’œuvre de Diop.

-Le Bonheur dans sa relation au crime selon une approche éthico-poétique du texte sadien, thèse de poétique (Université Nancy, 2010).

-Lexique de Grégoire Biyogo (2011).

 

10-Stève Mounguengui, chercheur à l’ICAD, doctorant, achève une thèse sur Habermas à Paris Est. Esprit remarquable qui a écrit autrefois des travaux audacieux en Licence et en Master I, que nous avons eu le plaisir d’encadrer. Depuis, il s’est orienté vers le néopragmatisme rortyen et l’éthique de la discussion communicationnelle. Il a travaillé sur la syntaxe de la mondialisation en 1999. Entame un travail de relecture novatrice diopienne sous condition ricoeurienne et rortyenne.

 

11-Carlos Mozer Zué, chercheur à l4ICAD, jeune épistémologue, normalien, auteur d'une livre subversif qui était à l’origine un Mémoire de philosophie particulièrement remarquable que j’avais alors encadré, où il lisait l'oeuvre du père de l'épistémologie et de l'égyptologie africaines, celle de Théophile Obenga, et celle de Grégoire Biyogo, avant de tenter un travail pionnier de synthèse et de renouvellement à l’aune du territoire épistémologique de la Nouvelle physique. Lecteur important des grands diopiens.

-Nouvelles perspectives épistémologiques autour de la pensée de Cheikh Anta Diop,préface de Grégoire Biyogo (2002).

 

12-Maurice Oye Essone, Normalien, enseignant de philosophie, chercheur subversif, qui a fait une approche nietzschéenne du Mvett et eu l’audace de re-territorialiser l’enseignement de la philosophie africaine en terre d’Egypte. Il a été longtemps Chef du Département de philosophie au prestigieux Lycée Nelson Mandela de Libreville. Lecteur de Diop.

-Enseigner autrement la philosophie africaine à partir de la référence en Egypte, Mémoire de CAPES, 2003.

 

13-Jean Blaise Mba Zué, Normalien, enseignant de philosophie, fin connaisseur des textes philosophiques anciens, heideggérien remarquable, esprit méditatif, qui a effectué un travail sur Heidegger, et un Mémoire de CAPES sur le paradoxe de la répétition et de l’invention dans l’enseignement de la philosophie. C’est l’ami d’Auguste Eyéné, de Maurice Oye Essone et le frère aîné de  Carl Mozer Zué, lorsque tous les trois partagent avec l’auteur de ces lignes un même programme génétique. Lecteur des œuvres de Diop.

 

 

B- Chercheurs associés à l’ICAD

 

14-Auguy Makey, docteur en philosophie, DEA de lettres, chercheur à L’ICAD, philosophe et écrivain. Il a écrit huit livres, dont deux textes philosophiques. Il enseigne la philosophie. C'est un penseur important d'envergure continentale. Inaugurale, sa réflexion est une explication entre existentialisme sartrien et déréliction dans le moderne. Mais il va plus loin, puisqu'il élabore une ontologie hardie qui se situe comme au prolongement du projet ontologique de Heidegger... Son principal texte est une bravade. 

-La question philosophique en Afrique, Enquête sur les ambiguïtés d’un discours. Thèse de philosophie (1988, Paris I).

-L'Homme, le sublime zéro, préface de Grégoire Biyogo (1998, 2008).

 

15-Alain Elloué-Engoune, Chercheur, chargé de recherches CAMES, directeur adjoint de l’IRSH, philosophe, docteur en philosophie. Il enseigne la philosophie africaine qu’il a étudiée dans sa thèse, et relit le texte du Mvett à la lumière de l’Egypte et de la science moderne. C’est l’un des animateurs de la pensée philosophique au Gabon.

-La Négritude et l’enjeu philosophique en Afrique, thèse de philosophie Aix-en-Provence.

-Du Sphinx au Mvett, Connaissance et sagesse en Afrique. 2008.

-Albert Schweitzer et l’histoire du Gabon, préface de Jacques Poulain (2011).

 

16-Yves Kounougous, docteur en philosophie, philosophe, théoricien de la mondialisation, élève de André Tosel, auteur de Les philosophies de la mondialisation (2004). Fondateur et directeur des éditions du CIREF, il a écrit au moins trois livres :

-Les approches philosophiques de la mondialisation : présentation, évaluation (Europe-Afrique Noire), 2008. L’Université de Nantes nous a fait l’amitié de participer au jury de cette remarquable thèse.

-La pensée et l’œuvre de Cheikh Anta Diop (1999)

-Le Marxisme et le(s) monde(s) (noirs), 1999.

-La philosophie politique de WEB Du Bois, préface de Grégoire Biyogo (2011).

 

 

17-Fari Taharka, directeur de l’Institut Shabazz Afro-thérapie, chercheur associé à l’ICAD, enseigne la physique, et est philosophe et égyptologue remarquable, qui élabore entre autres, le paradigme afro-arabique et égypto-nubien. Nous lui devons trois essais novateurs :

-Viatique de la sortie (2009)

-L’opuscule révélé (2010)

 

 

 

 

En somme l’Institut Cheikh Anta Diop, qui aujourd’hui lit sans doute le mieux l’œuvre de l’éminent savant africain (se reporter en cela l’ouvrage dont nous avons assuré la direction, sous le titreManifeste pour lire autrement l’œuvre de Cheikh Anta Diop (1913-1986), et qui a la particularité de lire Diop à partir de la logique, de la science, du droit international économique, du droit moderne, de la philosophie du langage et de l’anthropobiologie. L’ICAD s’attache par ailleurs à formaliser l’axe arabique et phénicien de la pensée africaine, en déstabilisant ainsi le centre de gravité des connaissances philosophiques, égyptologiques et épistémologiques, pour horizonner vers la complexité et le chaos du savoir. Il s’agit de l’un des centres de recherche les plus importants et les plus soucieux de produire des connaissances fiables et authentiques. Il prépare actuellement le premier Congrès philosophique et égyptologique africain, et des Mélanges offerts à Cheikh Anta Diop. En son sein, il y a plusieurs Normaliens, des doctorants, des docteurs, des chercheurs et des professeurs.

 

NB. En marge de l’ICAD, on trouve des enseignants de philosophie des science et des bachelardiens comme Mondzo, des logiciens comme Pierre Nzinzi, actuel Recteur de l’Université Omar Bongo qui fut, en ses commencements, chercheur à l’ICAD et secrétaire général de cette institution savante, il a fondé la Revue philosophique Exchoresis. Nous ne les rattachons pas à un courant philosophique précis, car notre réflexion porte sur les auteurs d’ouvrages mettant en œuvre une pensée originale.

 

 

III-L'ECOLE DE METAPHYSIQUE ET DE LOGIQUE

 

Le Maître de cette Ecole est le professeur Bonaventure Mvé Ondo, qui enseigne la philosophie. Philosophe important, il est à la fois docteur et docteur d’Etat en philosophie. Recteur honoraire de l’Université Omar Bongo de Libreville, il est en poste actuellement à l’AOF en France. Fin connaisseur de l’histoire de la philosophie et de la logique qu’il a longtemps enseignée, il travaille à la réhabilitation de la raison orale, question qu’il affectionne, et sur laquelle il a au demeurant signé une importante préface, Critique de la Raison orale : les pratiques discursives en Afrique Noire (2006). Nous lui devons deux thèses et trois ouvrages, qui explorent l’univers de significations des peuples africains et des jeux de calculs.

-L’Idée d’intériorité dans la pensée antique depuis les origines jusqu’à Saint Augustin, Thèse de III ème Cycle de philosophie, Bordeaux III, 1980.

-Quête du sujet, univers de signification et transcendance, thèse d’Etat, Bordeaux III, 1989.

1-L’Owani et le songa, deux jeux de calcul africains (1990, 2001).

2-Légendes et sagesses chez les Fang (1991).

3-Afrique, la fracture scientifique / Africa : the scientific divide (2007).Il a formé un disciple : Thierry Ekogha, docteur en philosophie, enseignant de philosophie, ancien Chef de département de philosophie à la FLSH (UOB) qui, lui-même a travaillé sur la métaphysique de Berdiaef et sur sa philosophie de l’existence. Il travaille dans la revue Exchorésis.

 

Outre ces deux Ecoles diopienne et métaphysique, on trouve au Gabon cinq autres courants de pensée, souvent d’inspiration occidentale, qui n’ont pas encore désobstrué le massif de l’héritage extérieur pour en faire un travail de réappropriation critique.

IV-LE COURANT HEGELIEN

Ce courant est fortement représenté au Gabon, avec les hégéliens de droite et de gauche.

1- Gilbert Zué Nguéma est hégélien de droite, Vice-doyen de la FLSH, et enseigne au Département de philosophie. Il invite non pas à ruiner l’hégélianisme, mais à tirer le meilleur parti de son usage, pour contrecarrer cette autre marginalisation imminente de l’Afrique tenue de se penser face à une Mondialisation libérale et économique procédant par exclusion, avec donc des conséquences autrement plus graves. Nous lui devons deux thèses et deux ouvrages.

-Hegel et l’esclavage, thèse de philosophie de IIIème Cycle, Poitiers, 1978-1979.

-Modernité hégélienne et mondialisation, Panthéon-Sorbonne, 2003.

1-Africanités hégéliennes. Alertes à une nouvelle marginalisation de l’Afrique, préface de Jean-François Kervégan, 2006.

2-La philosophie par temps de mondialisation économique. La conscience de son époque. Pr2face d’Alexis Philonenko, 2009.

 

2. Rodrigue Etoughe Mba, enseigne la philosophie, Maître-assistant Cames, nouveau Chef de Département de philosophie, jeune philosophe important. Il appartient à la dernière génération des penseurs gabonais, formés en France. Il s’est penché sur l’œuvre d’Ayek et de Hegel, dans une perspective à la fois comparée et critique. Nous lui devons une thèse vigoureuse et une œuvre inaugurale, qui met en place une véritable philosophie économique en prenant argument de l’économie continentale.

-L’Etat et le marché dans la théorie politique de Ayek et de Hegel. Convergences et contradictions, 2006.

1-Démocratie et développement en Afrique face au libéralisme. Essai sur la refondation politique (2002).

2-L’Afrique sur le chemin de la croissance et de l’évolution. I, Les défis du NEPAD(2003).

3-Richard Rorty, la fin de la métaphysique et la pragmatique de la science, texte écrit avec Irma Julienne Angue Medou. (2007).

-Le libéralisme de Ayek au prisme de la philosophie sociale de Hegel (2007).

3-Flavien Enongoué est hégélien et kantien, doublé d’un politologue. Formé à la philosophie allemande, sa thèse soutenue à Poitiers est constitue une explication sur le cosmopolitisme politique en tirant bénéfice de la confrontation Hegel-Kant. Il est Maître Assistant Cames.

-Du contenu spéculatif de la citoyenneté cosmopolitique (.Poitiers) 

L’Afrique existe-t-elle à propos d’un malentendu persistant sur l’identité co-écrit avec Guy Rossatanga Rignault (2006)

4-On doit aussi signaler le nom d’un hégélien de gauche, bien qu’il n’ait pas encore publié d’ouvrages, en l’occurrence Sylvère Obame Anguerre, penseur brillant s’il en fut. Puis le courant Heideggérien.

V-LE COURANT HEDEGGERIEN ET POST-HEDEGGERIEN

L’Ecole de Libreville comporte quatre sous-courants d’heideggériens. D’abord l’heideggérianisme sous condition kantienne, représenté par le plus doué des heideggériens et kantiens du Gabon : Emmanuel Ntoutoume.

1-Le sous-courant de la lecture kantienne de l’heideggérianisme.

-Emmanuel Ntoutoume, docteur en philosophie, énarque (diplômé ENA de Paris), lequel a animé un séminaire de grande densité en Maîtrise de philosophie en 1996, où il lisait dans le texte Etre et temps de Martin Heidegger, pour en dégager l’ontologie fondamentale. A ses côtés, nous faisons alors de la Faculté de lettre un territoire néo-heideggérien.

La Temporalité comme fondement de l’ontologie heideggérienne, Lille III, 1980.

2-Le sous-courant orthodoxe et néo-kagamien du professeur M. Balibutsa, philosophe et théologie africain d’origine rwandaise. Aristotélicien et thomiste, connaisseur de Heidegger et historien de la philosophie, son travail est une reprise courageuse et un dépassement patient du projet de Kagame, qu’il entend réévaluer pour y trouver un nouveau terreau philosophique.

-Les perspectives de la pensée philosophique bantou rwandaise après le après Kagame(1985).

-Les potentialités ontologiques des langues bantu (2001).

3-Puis le sous-courant déconstructiviste et anti-essentialiste derridiano-rortyen de l’heideggérianisme.

-Il qui prend en charge l’héritage heideggérien et en ruine le phonocentrisme et le mythe du miroir que nous représentons au Gabon avec la seule femme philosophe universitaire :

-Rortyenne Irma Julienne Angue Mendou. Docteure en philosophie, auteure d’une remarquable thèse sur Richard Rorty. Elle est la première enseignante de philosophie à l’Université. Elle donne des enseignements à Paris VIII et appartient au courant féministe dont elle élabore le projet philosophique au Gabon.

-Science, croyance et solidarité. Analyse des implications épistémologiques de la critique rortyenne de la tradition réaliste  (2005).

Richard Rorty, la fin de la métaphysique et la pragmatique de la science, texte écrit avec Rodrigue Etoughe Mba (2007).

-Richard Rorty, un philosophe conséquent (2009).

4-Enfin le sous-courant critique de l’heideggerianisme dont les principaux représentants se trouvent à l’ICAD, avec l’heideggérien orthodoxe de l’Ecole diopienne Benjamin Ngadi, le néoprapmatiste Auguste Eyéné, l’épistémologue du droit Dominique Etoughe Mba, et le jeune ontologue Jean Blaise Mba Zué, tous fins connaisseurs des textes, heideggériens dont j’ai introduit la lecture au Gabon dès 1992. Il convient aussi de mentionner l’heideggérien du Département, le regretté Mamboundou, qui entrenait un commerce constant avec l’ICAD et avait avec lui en partage l’heideggérianisme. Et enfin l’heideggérien de l’IRSH,

5-Biveghe Mezui, docteur en philosophie. Lecteur de la philosophie africaine à l’aune de la pensée grecque sur laquelle il a travaillé dans sa thèse. Auteur d’un essai.

-La référence à la Cité grecque dans la pensée politique contemporaine : l’équivoque du ressourcement (thèse de philosophie).

-La Rencontre des rationalités. Culture négro-africaine et idéal occidental (2000).

VI-LE COURANT EPISTEMOLOGIQUE ET ETHIQUE

Récent au Gabon mais riche, ce courant original articule trois orientations d’éthique et d’épistémologie, d’éthique médicale et d’éthique de l’environnement.

1-Simon Pierre Mvone Ndong, docteur en philosophie, jeune philosophe remarquable, ses travaux mettent en tension pensée, éthique et épistémologie médicales. Auteur d’une thèse de philosophie médicale, nous lui devons .au moins 5 livres novateurs.

-Médecine traditionnelle entre rationalité et spiritualité. Réflexion éthique et épistémologique sur l’approche africaine de la médecine : le cas du Gabon. Thèse de philosophie. Lyon III, 2005.

-Imaginaire de la maladie au Gabon, approche épistémologique (2007).

-Bwiti et chritianisme, approche philosophique et théologique (2007).

-La médecine traditionnelle, approche éthique et épistémologique de la médecine au Gabon (2008).

-La nature entre rationalité et spiritualité (2008)

-Médecines e recherche publique au Gabon (2009).

2-Steeve Elvis Ella, docteur en philosophie, notamment sur l’éthique médicale, enseigne la philosophie à l'Université de Libreville depuis peu. Remarquable levinassien, jeune mvettologue à qui l'on doit déjà deux ouvrages, dont un essai de grande tenue sur Levinas et un autre sur Le Mvett.

-Les enjeux éthiques de la fin de vie dans la médecine moderne et traditionnelle: cas du Gabon, thèse de philosophie (Paris Est, 2011).

-Emmanuel Levinas, des droits de l’homme à l’homme (2009)

-Mvett ékang : le projet Bikalik. Essai sur la condition humaine, préface de Grégoire Biyogo, postface de Bonaventure Mvé Ondo (2011). C'est un des jeunes espoirs de nos lettres philosophiques continentales.

3-Moukala Nkoumou est épistémologue, issu de l’Ecole de Nantes, ses travaux portent sur la biodiversité, et l’éthique médicale.  Il est enseignant au Département de philosophie. Nous lui devons une remarquable thèse et un ouvrage important :

-L'éternelle question du réel et les présupposés philosophiques de l'épistémologie anglo-saxonne contemporaine, Université de Nantes, (2000).

Une archéologie de la violence en Afrique des Grands Lacs, préface du professeur Albert Ondo Ossa, (2000).

4-Germain Ndong Essone, docteur en philosophie, notamment sur l’éthique jonassienne. Ce jeune penseur a engagé une explication vigoureuse dans sa thèse entre Sartre et Hans Jonas, et s’est efforcé de dégager une philosophie de l’Environnement qui a été saluée par le jury.

-L’heuristique de la peur et la responsabilité éthique du milieu naturel chez Hans Jonas. Thèse de philosophie, Nantes,  2010.

VII-LE COURANT DE PHILOSOPHIE POLITIQUE

Ce courant est représenté par quelques philosophes.

1-Mbou Yembi De Biborat, lequel est philosophe, il a obtenu deux thèses et écrit trois ouvrages. Il enseigne la philosophie à l’UOB, et la philosophie politique à l’ENA, dont il a été Directeur. Il a de bonne heure compris la nécessité de concilier théorie et pratique dans un rapport de circularité. Actuellement, il est parlementaire. Sa première thèse est une bravade, un effort intense pour rendre compte de la volonté chez trois grands philosophes. Son dernier livre est un travail d’érudition autant que de relecture conceptuelle de la pensée philosophique de l’Egypte antique.

-La question de la volonté chez Jean-Jacques Rousseau, Arthur Schopenhauer et Friedrich Nietzsche, Toulouse, 1976.

-La pensée négro-africaines des cultures orales à la néo-culture, thèse d’Etat), Toulouse, 1981.

-Les grandes idéologies politiques, ENA (1979).

-De la démocratie (1997).

-Affinités effectives (1978, 2002).

-L’Universalité des questions philosophiques, préface de Grégoire Biyogo (2008).

2-Léonard Andjembé, ancien Secrétaire Général de l’UOB, a longtemps enseigné la philosophie politique. Il est sénateur, Vice-président du Sénat. Nous lui devons l’une des toutes premières thèses de philosophie sur la pensée de Cheikh Anta Diop, écrite et soutenue du vivant même du savant sénégalais.

-Le thème de l’histoire dans l’œuvre de Cheikh Anta Diop, Paris X, 1980.

-Les sociétés gabonaises traditionnelles. Système économique et gouvernement (2006).

3-Il convient de signaler le nom d’Eric Paul Lembe Moussinga, ancien Secrétaire Général de l’ICAD, enseignant de philosophe politique, et de la philosophie africaine, Chef de Département de philosophie à l’IRSH, auteur d’une thèse cruciale – la première du l’UOB – sur la pensée philosophique de John Rawls. Il est par ailleurs l’auteur d’un article intéressant sur « Paul Ricoeur et les paradoxes de la politique » (Exchorésis).

En somme, si les courants de pensée témoignent d’une intense activité de l’enseignement philosophique au Gabon, elles n’ont pas encore rompu avec le dogmatisme de la reproduction dogmatique, laquelle ne permet pas toujours de penser par soi-même, contre tout geste de procuration, toute trêve du philosopher. Seules deux principales Ecoles gabonaises de philosophie (comportant des courants internes, des Maître et des héritiers) correspondent au travail de reterritorialisation épistémologique entrepris naguère par Diop. Ainsi donc l’Institut Cheikh Anta Diop (ICAD) et l’Ecole de métaphysique et de logique, encore moins fournie, s’y autorisent.

Encore que, la grande Ecole du Gabon, au sens où elle comporterait un enseignement, une recherche, et des programmes heuristiques unitaires et complexes, soit celle des épistémologues, mvettologues, égyptologues et poéticiens diopiens, conduit par Grégoire Biyogo, considéré comme l’un des plus grands philosophes politologues et égyptologues africains, héritier et continuateur de Diop. Son œuvre a été récompensée en 2007, lorsqu’il a été fait en France Chevalier de la Pléiade, Lauréat de la Francophonie. Ce courant est à la vérité l’avant-garde de la pensée du moment, puisqu’il est question de redonner à la pensée philosophique un en Afrique une dialogue fécond avec la science, l’Egypte antique, et Le monde arabique et phénicien (Lire le pénultième article de l’auteur : « Origines kémites des Hébreux bibliques… » (Facebook, Mur de Grégoire Biyogo).

 

[1] Si officiellement on la désigne sous le nom d’Université Omar Bongo, les textes organiques eux, n’ont jamais abrogé l’appellation originelle : Université Nationale du Gabon. C’est l’Université mère de cette terre, née en 1970. 

 

signature: 
Par Grégoire Biyogo, Directeur et fondateur de l'Institut Cheikh Anta Diop (Université de Libreville), professeur au Laboratoire de Logique de Paris VIII. Président fondateur du Per Ankh panafricain de la Renaissance.
Grégoire Biyogo, historien de la philosophie, père de l’histoire de la philosophie africaine et de l’épistémologie des désaccords. Auteur d’une histoire de la philosophie africaine en 7 volumes.
première publication : 22 août 2012
Partager cet article