luttes_n_galaise

Yekini conserve son trône de meilleur lutteur de tous les temps. Le combat Bombardier Yekini a duré 5 bonnes minutes 26.  Bombardier a d'abord lancé un crochet droit sur la tempe de Yekini. Résistant à ce coup, et profitant de l'inattention de Bombardier, Yekini a fauché la jambe droite de Bombardier par son pied gauche ; Yekini a renversé Bombardier. Fin du combat. Voici comment les écrivains Raphaël Ndiaye et al. expliquent cette prise :

" A Caf, Croc-en-jambe intérieur

A Caf, mot à mot le "pied" en sérère, fait suite à l'entrée en jambes. Pour [exécuter] cette prise, il faut se laisser entraîner par l'élan de l'attaquant et, au moment où il s'y attend le moins, lui faire un croc-en-jambes. Le croc-en-jambes est exécuté avec l'une des jambes, tout en prenant appui sur l'autre et en se déplaçant sur un côté" (Raphaël Ndiaye et Malang Sène, La lutte, Dakar, BLD Editions, 2007, p. 12).

Psychologiquement Bombardier était déstabilisé. Au début du combat, il n'a pas voulu se soumettre au verdict des arbitres. Le tirage au sort donnait le droit à Yekini de choisir sa position dans l'arène. Bombardier a refusé d'obtempérer aux injonctions des juges. Un lutteur de haut niveau doit respecter les arbitres. C'est une marque de sagesse, de grandeur d'esprit, d'estime de soi-même. Par ce mauvais geste, les esprits des lutteurs se sont rangés du côté de Yekini ;par les conseils d'un de ses coachs en boubou bleu, Robert Diouf, Yékini s'est placé à l'endroit où Bombardier refusait de se fixer. Psychologiquement, Yekini, pétri d'une telle maîtrise des sens, avait déjà gagné le combat aux yeux des spectateurs et des téléspectateurs.

Le légendaire tambour-major Ndoudou Ndiaye Rose a enflammé le stade Demba Diop avec son orchestre de percussions. Puis l'on a remarqué l'arrivée de deux stars de la vie sénégalaise, l'artiste Youssou Ndour  et le manager Gaston Mbengue  portant une canne à la main. Tous les deux ont exhibé la danse rituelle des lutteurs sénégalais, pendant que la télévision sénégalaise laissait dérouler une chanson gymnique de Youssou Ndour.
 
En lever de rideau il y a eu quelques peits matchs comme Feugeuleu contre Birenium 2; Zoss contre Gouygui.

Yekini portait un mbap ou Ngemb marron tandis que celui de Bombardier était bleu clair. Bombardier avait couvert son torse d'un contre sueur rouge qu'il ôta dès le début du combat. Tous les deux portaient des amulettes en bandoulière sur la poitrine, un cordon blanc à l'avant-bras et aux jambes.  Le visage de Bombardier paraît plus jeune avec des cheveux courts ; tandis que Yekini s'est laissé pousser les cheveux. Chacun de son côté a exhibé la danse rituelle des lutteurs combinée de la marche des canards.Les médecins de tradition (nganga) de chaque écurie préparaient les derniers médicaments que chaque lutteur prenait soin de renverser sur tout leur corps pour se protéger des mauvais sorts, suivis d'incantions. Cette part de la négritude inculturée dans le sport contemporain participe des fondements de la lutte sénégalaise.

Le combat s'est déroulé en trois temps.

Premier temps. Les lutteurs se sont observés dans un coin. L'arbitre leur a demandé de regagner le centre de l'arène.
Deuxième temps. Ils se sont saisis les mains ; puis les ont lâchées. Bombardier a attaqué. Ce fut le premier accrochage. Yekini était touché légèrement. L'arbitre a arrêté le combat.
Troisièment temps. Ils sont revenus au centre de l'arène. Ils ont essayé le naax (en sérère) ou la prise de bras sous aisselles :" L'attaquant, les bras en avant, est cueilli par l'adversaire qui arrive à placer les deux bras sous ses aisselles" (R. Ndiaye et al., op. cit., p. 18). Chaque lutteur a tenté de bloquer son adversaire puis a voulu se saisir du ngemb, mais ces prises n'ont pas marché au point où un brassard rouge de Bombardier a craqué à cause de la violence de l'accrochage des deux lutteurs. Yekini a lancé un coup de poing à Bombardier ; celui-ci a repliqué. Puis une deuxième tentative des deux lutteurs de la prise du ngemb de l'adversaire. Vains efforts. C'est en ce moment où Bombardier, par son poing droit, a eu l'idée de frapper sur le visage de Yekini. Celui-ci a bien encaissé le coup mais l'a ignoré et a renversé furtivement Bombardier par un croc-en-jambe intérieur.

Yekini totalise 20 combats, 19 victoires et 1 nul le 30 juillet 2006 à cause de Moustapha Guèye. Va-t-il arrêter la lutte comme il l'avait promis ? C'est à lui de décider.
Après avoir organisé le troisième festival des arts nègres, le Sénégal avec ce combat légendaire Yekini Bombardier commence l'année 2011 avec de nouvelles espérances.

 

Vocabulaire
Mbap (en sérère) ou Ngemb (en wolof) : culotte portée par un lutteur.

Lever de rideau, au spectacle, moment où le rideau se lève pour découvrir la scène; pièce de théâtre en un acte jouée avant la pièce principale; match préliminaire dans une réunion sportive.

Remarque Ne pas confondre avec une levée.


La rédaction.